subscribe: Posts | Comments | Email

2ème Forum Maroc/Chine

Commentaires fermés sur 2ème Forum Maroc/Chine
2ème Forum Maroc/Chine

LA MANDARINE  SÉDUIT LE MANDARIN

L’EXTRÊME ORIENT ET L’EXTRÊME OCCIDENT SE RENCONTRENT À AGADIR GRÂCE À L’ASSOCIATION MAROCO-CHINOISE D’AMITIÉ ET D’ECHANGE.

Que dirait-il le légendaire voyageur amazighe Ibn Battuta qui a voyagé de Tanger à Quanzou en  Chine au 14e siècle, de voir les Chinois venir dans la capitale du Souss Agadir au 21e siècle?

Nous avons trois choses en commun, -le soleil dans le coeur -une graphie plusieurs fois millénaire et le ribab.

L’inauguration officielle de cette 2ème édition a été rehaussée par la présence d’une forte délégation ministérielle, composée de M. Mohamed Sajid Ministre du Tourisme du Transport aérien de l’Artisanat et de l’économie Sociale et Solidaire, Mme Mbarka Bouaida , Secrétaire d’état chargée de la Pêche maritime, Jamila El Moussali , Secrétaire d’état chargée de l’Artisanat et de l’économie Sociale en plus de M. Li Li , Ambassadeur de Chine au Maroc ainsi que des hôtes organisateurs M. Brahim Hafidi , Président de la région Souss – Massa et M. Mohamed Khalil , Président de l’Association d’amitié et d’échange maroco – chinoise.  « Il va sans dire que le nombre de participants chinois à nos Forums d’ Amitié a plus que triplé en comparaison avec la première édition, tenue il y a deux ans à Rabat » a annoncé Lin Yi, Vice – présidente de l’ Association du Peuple Chinois pour l’ Amitié avec l’étranger. 

Les travaux du forum se sont ouverts avec la participation de plus de 200 invités chinois représentant les secteurs public et privé. Cette seconde édition, qui coïncide avec la commémoration du 60e anniversaire des relations diplomatiques entre le Maroc et la Chine a été initiée Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohamed VI par le Conseil Régional Souss – Massa, en partenariat avec l’Association d’ Amitié et d’ Échange Maroco – Chinoise et l’Association du Peuple Chinois pour l’Amitié avec l’ Étranger.

Le 1er novembre 1958, le Maroc a établi des relations diplomatiques avec la Chine, étant le deuxième pays africain à reconnaître la République populaire de Chine. La visite officielle effectuée en 1963 au Maroc par le Premier ministre chinois Zhou Enlai a contribué au développement des relations sino – marocaines. Sur le plan politique, les échanges de haut niveau se sont multipliés et la confiance politique mutuelle n’a cessé de s’approfondir. Dans ce sens, le Roi Mohammed VI a effectué, en mai 2016, une visite officielle en Chine. À cette occasion, les deux pays ont établi un partenariat stratégique, en plus de la signature de quinze conventions dont un accord sur l’exemption de visa pour les ressortissants chinois. Un an après, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, et son homologue marocain, Nasser Bourita, ont signé à Beijing un protocole d’accord sur « la Ceinture et la Route de la soie ». De ce fait, tous les pays partenaires des routes de la soie ont accès aux investissements chinois. Sur le plan commercial, la Chine est le 3ème partenaire commercial du Maroc avec un volume global d’échanges de 39,5 milliards de dirhams en 2016, soit une évolution annuelle moyenne de 18,2% entre 2001 et 2016 tandis que le Maroc est le neuvième partenaire commercial africain de la Chine et le premier importateur du thé chinois. Ce qui est de bon augure pour la consolidation des relations économiques puisque le secteur privé sur lequel table les deux parties a été marqué par le déplacement de 97 opérateurs économiques représentant le secteur du commerce, l’agroalimentaire, le cosmétique, la logistique, le BTP et les infrastructures. Parallèlement, le forum a accueilli 10 villes et 7 provinces en plus de deux régions autonomes qui ont ouvert un dialogue avec leurs homologues marocains pour la promotion des échanges durant cette 2e édition. 

La région Souss – Massa table sur les investissements chinois « En plus du renforcement de la coopération décentralisée et le développement du marché touristique chinois, le projet de la Cité Mohammed VI de Tanger Tech qui abritera 200 entreprises chinoises à Tanger est le genre d’investissement que notre Région ambitionne aussi d’accueillir surtout après lme lancement de la déclinaison régionale à Agadir du Plan d’Accélération industrielle » ambitionne Brahim Hafidi, président de la Région Souss – Massa. Avant d’ajouter que « la Région appuiera toute action pour renforcer ses exportations vers la Chine, notamment à travers ses principaux secteurs exportateurs et ses nouvelles niches de croissances, en l’occurrence le chantier naval, l’agroalimentaire, l’aquaculture et bien d’autres » indique – t – il. C’est la raison pour laquelle, « il faut mettre en synergie la route de la soie et le Plan d’accélération industrielle (PAI) pour prévaloir leur complémentarité dans les secteurs de l’industrie, le chemin de fer, la pêche, l’automobile et énergies renouvelables » conclut Li Li , Ambassadeur de Chine au Maroc. 

500.000 touristes chinois à l’horizon 2020 

A cet égard, la Région Souss – Massa entend bien aussi tirer profit de la croissance soutenue du tourisme chinois au Maroc depuis la levée du visa. « Grâce à l’exemption de visa pour les ressortissants chinois, ces derniers sont passés de 10.000 touristes en 2015 à plus de 100. 000 ressortissants en 2017. Et notre objectif est d’atteindre à l’horizon 2020 près de 500.000 touristes chinois avec une ambition de relier le Maroc et la Chine avec une ligne directe » a déclaré Mohamed Sajid, Ministre du Tourisme, du Transport aérien ,de l’Artisanat et de  l’économie Sociale et Solidaire. 

Du côté de Jamila El Moussali , secrétaire d’état chargée de l’Artisanat et de l’économie Sociale, « les échanges culturels entre la Chine et le Maroc se développent bien puisque le nombre des Marocains qui veulent apprendre le chinois est en nette augmentation dans les instituts Confucius de Rabat et Casablanca alors que des universités marocaines ont également lancé l’apprentissage de la langue chinoise » explique – t – elle. 

Au  2ème forum Maroc-Chine à Agadir  le maître mot était : Renforcer la coopération entre le Maroc et la Chine en tirant le plein potentiel du partenariat stratégique entre Rabat et Pékin.

Après le forum s’est terminé par une très belle soirée animée par des artistes des deux pays et une excellente réception.

(Un bémol toutefois. Nous voudrions attirer l’attention de M. l’ambassadeur de Chine ainsi que tous les partenaire à ne pas tomber dans le piège où sont tombés beaucoup de pays européens. Ces derniers considèrent le Maroc comme un pays arabe. Or, il n’en est rien, le Maroc est bel et bien un pays autonome avec sa diversité culturelle composée d’arabes certes, de juifs, mais aussi et surtout de ses habitants originaux qui sont les amazighes. Il y a donc lieu de ne pas faire de confusion sur le plan identitaire des Marocains. Nous ne récusons pas pas le volet arabe de l’identité marocaine mais elle n’est pas la seule. Nous sommes plutôt fiers de la pluralité de notre identité et notamment du volet amazighe qui est en le fondement.) 

Au terme de notre forum d’amitié Maroc Chine,

  • AGADIR ,                la Ville
  • SOUS MASSA,      la Région 
  • LE MAROC ,          le Royaume 
  • L’AFRIQUE, le Continent du coeur et de la raison
  • LA CHINE, le Partenaire de choix ont tracé la voie de la coopération, des échanges et du développement solidaire, dans le cadre d’un partenariat stratégique intelligent et innovant, issu de la volonté et de l’engagement communs de réussir ensemble l’intégration Africaine.

Forum empreint de charge émotionnelle, d’ambiance conviviale, de soif de découverte et de savoir, d’amitié et de beaux projets fédérateurs.

Le thé vert est notre élixir commun, et nos villes amazighes commencent par le T et se terminent par le T, à commencer par Taroudant, Tiznit, TafraouT, TafoghalT, TaourirT………

Notre souhait n’est pas de devenir un simple réceptacle de marchandises chinoises, mais notre ambition est plus belle et plus légitime de réussir une mosaïque artistique, culturelle et technologique digne de ce nom et de nous constituer en médiateurs culturels amis.

Et en attendant de nous familiariser avec le « Mandarin», continuez à savourer nos « Mandarines» .

Bon retour en Chine, vous nous manquez déjà  ……

Belkacem Boutayeb, Maitre de cérémonie, Modérateur Général 

MAIS QUE PEUT-ON BIEN OFFRIR AUX TOURISTES CHINOIS QU’ILS N’ONT PAS CHEZ EUX EN PLUS GRAND, EN PLUS BEAU, EN PLUS SPECTACULAIRE.

Le Forum organisé par les amitiés Maroco-chinoises à Agadir ce mois de mars 2018, était un événement important pour l’économie de la région Souss Massa et je ne doute pas que des affaires commerciales se seront concrétisées. Mais Agadir et la région du Souss avait le grand espoir de susciter chez les observateurs chinois, un intérêt  particulier pour venir y faire du tourisme…Seulement, que pourrait proposer la région que n’a pas la Chine en beaucoup mieux que partout ailleurs ?

Cet immense pays avec ses 9. 596.961 km2 montre à lui seul, tous les paysages qu’on pourrait rencontrer de par le monde. 

La Chine comme sa superficie n’a que des « superlatifs »

Si nous faisons l’inventaire de nos atouts qui charment les touristes européens, que peut-on mettre en évidence ?:

1-La cote et ses stations balnéaires avec ses écoles de surf. Hélas, le Chinois n’est pas du tout porté sur la « bronzette », ce serait plutôt l’inverse.

Madame porte des chapeaux et parfois un masque, des manches longues et est très protectrice de son teint délicat. La Chine à 18.000 km de plage qui suffisent amplement à combler les familles qui aiment cela et qui en ont les moyens.

2-Les montagnes de l’Atlas avec les trekkings ou le ski en hiver et les rochers des vallées de la région de Tafraout, oui, c’est bien…

Mais avec l’Himalaya et toutes les montagnes grandioses et spectaculaires comme les montagnes jaunes, Zhangjiajie avec les monts Tianzi, (le Parc est  inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unisco depuis 1992 et s’étend sur 130km²) qui tient sa réputation des ses falaises et ses pics abruptes qui ont inspiré le film AVATAR ! Et qui depuis 2016 a un pont de verre permettant aux amateurs de sensations fortes et de paysages incroyables de repartir avec des souvenirs indélébiles, puis ils ont  les reliefs karstiques de la rivière Li et Yangshuo d’une beauté à vous laisser sans voix, sans oublier les collines multicolores du parc géologique de Zhangye Danxia. Toutes ses beautés naturelles sont depuis toujours, visitées, non seulement par les Chinois mais aussi par les touristes du monde entier au point que ses endroits sont devenus sacrés et sont vénérés comme des dieux. Je peux en témoigner.

Comment dès lors le Maroc pourrait-il rivaliser avec de tels géants.

3-Le désert et les dunes c’est le même constat.

Le plus grand désert du monde est par moitié  chinois, c’est LE DESERT DE GOBI à cheval sur la frontière de la Chine et de la Mongolie, il atteint une superficie de 1.300.000 km2 et sa progression est estimée à 2 km2 par an il engloutit progressivement de nombreux petits villages chinois de la province de Mongolie intérieure.

-Le TAKAMAKLAN  et ses 270.000 KM2  appelé « la mer de la mort » ou « Celui où l’on entre sans jamais pouvoir ressortir. » est célèbre sur le plan géologique pour la diversité des types de dunes mais aussi pour ses terribles tempêtes de sable qui ont fait disparaitre tant d’explorateurs téméraires ayant osé l’affronter.

-Le  GURBANTONGGUT  appelé aussi Dzootoyn Elisende  faisant 48.000 km 2 , dont l’intérêt réside dans la diversité de sa flore composée de plus de cent espèces de plantes  endormies dans l’aridité du lieu et  qui ne peuvent s’observer que très peu de jours au printemps.

-Puis il y a le célèbre  BADAN JARAN quatrième plus grand désert du monde avec ses 44.000 km2 et ses dunes gigantesques qui culminent à 600 mètres d’altitude. c’est unique au monde.

Alors force est de constater que les touristes chinois ne viendront certainement pas au Maroc pour voir son bac à sable et sa petite dune de Merzouga qui leur semblera bien rikiki à coté des leurs. 

Et puisque nous évoquons le désert n’oublions pas de présenter nos  Kamélidès. Le Maroc à des dromadaires et la Chine des Chameaux de Bactriane à la fourrure épaisse. 

4- Les cascades.

Quand la sécheresse ne les tarit pas complètement, on peut voir quelques jolies cascades au Maroc: Ouzoud, Akchour, celle de l’oued Oum er Rabia ou de la vallée de l’Ourika, Tandis qu’a  Imouzzer  la cascade d’Ida Outanane nous propose le « Voile de la Mariée » mais pour y parvenir il faut emprunter un chemin  rempli de crasses et de baraques où on vend 36 fois la même chose sans grand intérêt, dans un capharnaüm  inouï, un spectacle déplorable. 

Comment dès lors rivaliser avec des lieux spectaculaires comme «  Les Fosses du Dragon Jaune de HUANGLONG, La vallée de la « Lune Bleu e» de LIJIANG ou le site de JUIZHAIGOU qui draine à lui seul des millions de visiteurs chaque année. Présent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ses 70.000 hectares de parcs naturels font admirer des lacs, des cascades et des paysages grandioses. Ces lieux sont préservés et offerts aux touristes dans un état de propreté impeccable tout au long des saisons. Et je ne vous cite ici que de quelques exemples.

.5- Les forêts 

Incendies, surexploitation, abus, manque de programmes adéquats de replantation et de régénération sont autant de problèmes qui nuisent à la forêt au Maroc. «La perte chaque année d’environ 30.000 hectares, soit 0,3 % de l’espace forestier marocain, signifie que les écosystèmes connaissent une dégradation inquiétante due à un dysfonctionnement de leurs mécanismes physiologiques, biologiques et sociologiques» Mais que fait donc le  Haut Commissariat aux Eaux et Forêts pour avoir des résultats aussi déplorables. Là aussi, comment rivaliser avec la Chine dont la moitié de la superficie est boisée et quand je vous dis boisée ce sont des forêts de tous types, mêmes parfois encore vierges.

On ne compte plus les forêts , celle de Bambous domaine des pandas, et au Guangxi celle du sapin argenté que les paysans appellent « seigneur des sapins » et celle de pins du nord des montagnes du Changbai,  celle des épicéas de Sang Qing font l’admiration des naturalistes qui viennent observer les jeunes pouces  fendant les glaces au printemps dans la zone du pic Nanjiabawa. 

Dans les monts Qinling les forêts de feuillus situées à des altitudes de 1400 à 2600 mètres abritent des singes qui y trouvent une nourriture abondante et surtout la quiétude dont nos pauvres singes magots des cédraies du Moyen Atlas auraient bien besoin.

Pour ne rien omettre, je n’oublierai pas les forêts tropicales humides du Sud avec les mangroves où s’enchevêtrent les envahissantes racines des palétuviers domaine d’une faune à faire pâlir d’envie les autres forêts.

6-La faune et la flore. 

Une encyclopédie ne suffirait pas à vous raconter la beauté de la flore que l’on peut voir en Chine. Ce vaste territoire qui présente tous ce qu’on peut imaginer de reliefs,  de climats, de terres et de minéraux est un vrai paradis pour les plantes. 

La pharmacopée chinoise est d’une richesse incomparable et la beauté des jardins et des parcs  offre un spectaculaire inventaire des plantes ornementales tandis que la nature sauvage  cache encore bien des spécimens inconnus.

Quant à la faune, le panda noir et blanc qui est l’emblème du pays est aussi accompagné du panda roux dans le Sichuan.  Les familles de caprins et d’ovins sont très nombreuses et certaines sont uniques au monde.  L’Argil le plus gros mouflon sauvage aux cornes pouvant atteindre 22kg. L’Elaphodus cephalophus  un petit cervidé aux longues canines,  le Mazaalai un ours à poil long du désert de Gobi,

Le Khulan, un équidé une des 5 sous-espèces de l’hermione sauvage d’Asie avec le Kiang, le cheval de Przewalski plus connu. Je pourrais vous en citer des dizaines mais je dois cependant dire qu’en Chine, si on mange du chien, on mange aussi  beaucoup des animaux en voie de disparition…à des prix fous  vous pouvez manger du pangolin pour 60€ le demi kilo.

Vous pouvez aussi admirer le passage  d’un éléphant qui  traverse la route en roulant dans le Xihuangbanna au sud-est du Yunnan. Une panthère des neige sur les hauts plateaux du Tibet ou du Xinghaï. Ou encore des ibis comme l’Ibis à tête rouge que l’on dit nippon et qui fut la vedette d’un beau timbre poste. 

7-Musées, sites archéologiques, temples, mosquées, souks et médinas, calligraphie  et villages traditionnels.

Le Maroc peut s’enorgueillir de ses villes impériales qui font l’objet de circuits touristiques importants pour le pays et la région du Souss est fière de ses igoudar, mais encore une fois ne nous faisons aucune illusion, la chine foisonne de sites archéologiques et tous, vous avez sans aucun doute entendu parler de l’armée de terre cuite retrouvée dans le mausolée du premier empereur de Chine Qin Shi Huang et que l’on peut admirer à Xi’an avec bien d’autres musées archéologiques de la région du Shaanxi et puisque je vous cite Xi’an sachez que là aussi se trouve avec entres autres la pagode de l’oie sauvage, une mosquée et son souk dans une médina qui n’a rien à envier aux marocaines. 

Dans la ville se trouve la rue des pinceaux, paradis des calligraphes de tous poils qui travaillent ou donnent des cours mêmedans la rue.

Toutes les villes ont au moins un ou deux musées ethnologiques , archéologiques ou présentant les artisanats locaux. Je pense aussi à la grande muraille qui parcourt presque 9000 km d’ouest en est d’après les dernières mesures effectuées avec des technologies avancées

Les Chinois sont adeptes de plusieurs religions, le shintoïsme, le confucianisme, le bouddhisme sous diverses écoles, l’islam , le christianisme et j’en passe…ainsi donc fleurissent partout des temples, monastères et lieux de pèlerinages toujours très fréquentés et rarement fermés aux touristes. Ces lieux sont souvent très beaux, bien entretenus et  où se déroulent fréquemment de nombreuses fêtes ou cérémonies ouvertes à tous. Ils faut aussi parler de l’architecture qui varie d’un bout à l’autre du pays et qui est le reflet de nombreuses habitudes sociales bien spécifiques des communautés qui on  édifié ses bâtiments mais aussi villes,  bourgades ou simples villages. Ce qui produit souvent des lieux de vie magnifiques, conviviaux et très intéressants à observer. Je ne donnerai qu’un exemple les Tulou en adobe des Hakka du Fujian dont certaines pouvaient loger jusqu’à 800 personnes. 46 de ces Tulou sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’humanité.

La population chinoise est composée en majorité de Han mais possède 59 ethnies minoritaires réparties dans toutes les régions du pays et qui ont gardé leurs coutumes, leurs habitats et aussi leurs costumes traditionnels même pour les travaux journaliers.

Toujours très accueillants, les habitants se feront volontiers photographier avec leurs enfants et toute la famille mais aussi avec vous car c’est un honneur pour eux de vous recevoir dans leur logement parfois très sommaire. L’intérêt que vous leur porterez sera leur plus beau cadeau.

8-L’artisanat

Les bijoux de nos femmes berbères sont arrivés des hauts plateaux du Tibet par la route de la soie amenant avec eux les turquoises, le corail  et l’ambre. Avec les siècles, ils se sont adaptés par l’ajout des symboles  berbères, puis plus tard encore des symboles de la religion islamique. Le travail du cuir, des tapis,  ont aussi transités par la route de la soie car les civilisations du nord de la Chine étaient nettement plus avancées que la civilisation agrico-pastorale qui occupait le nord de l’Afrique. Pendant que le Maroc faisait de la terre cuite, la Chine mangeait déjà avec des baguettes dans les vaisselles de porcelaine tellement fine qu’on voyait transparaitre la lumière et décorée de dessins d’un raffinement incroyable. La sériciculture (élevage du ver à soie) est connue en Chine depuis plus de 6000 ans ce qui, avec les autres fibres textiles, a permis aux Chinois d’élaboré la fabrication souvent très complexe, des plus beaux tissus du monde.

 CONCLUSION.

Qu’est ce que le touriste chinois pourrait aimer au Maroc où on trouve normal de lui servir un repas sans lui proposer des baguettes,  où on ne lui propose pas une bière  au repas lui qui la plupart du temps bois de l’alcool de riz de l’entrée au dessert ? Et qui fait « KAMPE » au moins une fois avec chaque convive et qui trouve normal de voir remplir son verre chaque fois qu’il est vide. 

Ils ont dû trouver la soirée à la médina Polizzi bien triste sauf peut être lors de la prestation des acrobates tremblotants qui faisaient piètre figure comparés aux acrobates chinois qui font la réputation de la Chine dans tous les grands spectacles de cirque à travers le monde.

Le chinois viendra certainement au Maroc pour faire du commerce mais  ne nous attendons pas  à ce que les T O nous envoient  régulièrement de nombreux charters. Les Chinois qui viendront ne le feront que pour le plaisir de dire à leurs voisins qu’ils ont fait un voyage de 10.400 km.    

Je voudrais me tromper mais la cruelle réalité des comparaisons ne laisse aucun doute.                                              A-M Parmentier

Comments are closed.