subscribe: Posts | Comments | Email

Le logo de la malédiction

Commentaires fermés sur Le logo de la malédiction
Le logo de la malédiction

LE LOGO 

DE LA MALÉDITION

-À Quoi Sert La Régionalisation ?-

Finalement ils nous ont imposé le logo de la malédicton, malgré la pétition   citoyenne et celle de la diaspora Gadirie d’Europe, envoyée au Président du conseil de la commune urbaine d’Agadir contre ce logo qui ne représente pas du tout l’identité culturelle, linguistique, artistique, historique et touristique de la ville. Faisant appel  à un artiste d’ailleurs, par l’intermédiaire d’un marchand d’art qui n’a aucun lien avec la ville. Alors que c’était une belle oportunité d’organiser au sein de la région un concours de création entre les divers jeunes artistes et promouvoir ainsi l’art gadiri. Outre le fait que ce  nouveau logo n’ était pas indispensable, était-il nécessaire de dépenser autant d’argent en cettte période de la crise sanitaire ?  Cet argent aurait été bien plus utile à l’organisation d’aides sociales aux plus démunis et le vainqueur du concour aurait pu être récompensé par un chèque.

L’ ancien logo, avait été créé dans les mêmes conditions et s’il fut très critiqué, il était bien représentatif de notre cité balnéaire et donc accépté.

Les initiateurs du projet : Ahmed Hajji le Wali, Brahim Hafidi Pdt de la Région de Souss Massa et le Pdt de la commune Urbaine d’Agadir  n’ étant pas natifs d’Agadir,  ne sont pas attachés  comme toute la population à nos valeurs.

Depuis le début de la construction du nouvel Agadir en 1962, tous les projets ont été attribués à des étrangers. 

L’ emblème de la ville, aurait dû être créé par un enfant d’Agadir,  qui porte la ville dans son coeur et qui en connait parfaitement les valeurs. 

En lisant l’interview dans «le Maroc diplomatique» de M. Hicham Daoudi, le marchand qui a servi d’intermédiaire  entre la ville et l’artiste, on peut lire:  «D’ailleurs, personnellement avisé, pas mal de gens de la communauté artistique d’Agadir ont plutôt bien accueilli cette initiative». 

Un flagrant délit de mensonge car tous les artistes interrogés ont réfuté cette position.

Personnellement, doyen des artistes d’Agadir, je n’ai jamais  été interrogé sur le sujet, je ne vous connaissais pas monsieur Daoudi, qui sont donc ces artistes dont vous faites mention ? 

Je connais l’histoire de Melhi et de la bande d’Asilah sous la promotion de l’ancien Ministre Benaïssa qui a oeuvré plus pour les artistes du Nord du Maroc que pour les artistes du Souss et du Sud du Royaume en général.

 Monsieur Daoudi présente son  protégé Melhi comme quelqu’un qui expose à N. Y. Dubaï, Londres, pour faire monter sa cote pour justifier le prix demandé  à la ville d’Agadir. C’est de bonne guerre sur les marchés de l’art. 

Ces marchands n’ ont que du mépris pour ceux qui se passent de leurs services et sont de ceux qui considèrent Ichelhine comme le peuple du Maroc inutile et sous-développé.

Personnellement, je suis tojours resté indépendant  des Messieurs Daoudi. Et cela ne m’a jamais empêché d’exposer et de vendre dans 107 pays à travers le monde et de présenter mes oeuvres  à la 1ère fête du trône au Sahara marocain à El Ayoun en 1977.

Concernant la suite de l’interview: M. D. : «Je tiens à préciser tout d’abord, que ma socièté ne s’est occupée que de la partie accompagnement  de la création de l’artiste et de ses équipes graphiques.»  Donc un si grand artiste n’était pas capable de réaliser ce logo ! Il était accompagné d’une équipe de graphistes ! C’est plutôt risible. Nous avons ici à Agadir des société d’arts graphiques de grande qualité qui auraient certainement mieux fait. Conclusion les responsables de la ville  ont acheté une signature…

 Le logo de la malédiction de Melhi et de lasociété spéculatrice qui l’a fait avaler juste aux Soussis, (certaiement par l’intermediaire d’Akhennouch) comme une fibule amazighe identifiant Agadir ne savaient donc pas que le  triangle n’a jamais symbolisé  la cuture amazighe et surtout dans la région de l’homme de Tigirt. 

Le plus regréttable dans cette saga, est l’absence total de réaction de l’association qui a, pour objectif la défence de notre patrimoine culturel et son identité de racine historique, je veux parler d’Izorane, qui en principe devait être la première à se manifster contre le projet. En échange de quoi Son président est-il resté muet ? On l’imagine fort bien.

Quant à l’Association de l’Université d’Eté, seuls certains de ses membres se sont manifestés à titre personnel pour désavouer le logo.

 À quoi ça sert la régionalisation si les  projets  destinés  au développement de la ville d’Agadir et du Souss en général ne sont pas lancé dans la région?. 

À quoi ça sert de créer des universités et des écoles de formation professionnelle, puisqu’on ne donne pas l’oportunité aux jeunes formés de ces établissements pédagogiques régionaux,  d’avoir du travail pour réaliser des projets novateurs et interessants dans leur  région ? Au lieu de faire appel à  des artistes et des promotteurs d’ailleurs .

La réalisation de ce logo est une insulte aux Gadiris, à leur dignité, à leur identité linguistique et culturelle et à l’histoire de la ville d’Agadir. 

Il n’a pas porté chance à son auteur.

                         Abdallah Aourik 

Comments are closed.